DSC04012

Bienvenue à l’Acrochats de Thiais Village !

Vous le savez, dans la famille, nous ne sommes pas des grands fans des parcs, squares, et autres lieux d’amusement pour enfants… Sauf si c’est pendant un jour "cool", pas le mercredi, et pas le week-end. Ce matin, météo "bof-bof", je voulais faire du toboggan, alors plutôt que d’aller dans un parc et risquer la saucée, Maman m’a embarqué à l’Acrochats de Thiais Village.

On connait bien le coin car il y a un Ikea, une Fnac, un Starbucks… C’était enfin l’occasion de tester cette aire de jeux, car hors vacances scolaires, ça n’est (malheureusement) ouvert que les mercredi et week-end, et là, on n’ose pas imaginer à quel point ça doit grouiller de mômes hurleurs !

On a été conquis dès l’entrée, à la vue de l’espace et l’état nickel de l’endroit, du coup, on a pris le pass valable un mois pour en profiter. C’est aussi plus économique car amorti dès la 2ème visite !

Au programme, de la grimpette, des jeux de balles, des trampolines, des toboggans, des jeux de construction géants, des obstacles, des filets… Un grand espace convivial pour que les adultes sirotent un caféUn pur moment d’éclate, et les grands peuvent suivre leurs enfants dans ce labyrinthe de jeux (ça fait de l’exercice !)

La chimiothérapie : la journée la plus insupportable de ma vie

AdrienStricher:

Croyez moi, ma mère donnerait cher pour revenir au traitement à la clinique 1 fois toutes les 3 semaines via la perf de chimio plutôt que le médoc qu’elle prend chez elle 5 jours par semaine, qui lui a fait perdre 12 kg en 3 mois et qui l’empêche de bouger tellement elle a mal. À la clinique, il y a des gens, un suivi, on peut poser des questions, voir des aides, chez soi, on est abandonné, et quel scandale de voir que depuis le 20 juin (date des vacances de son oncologue) personne ne l’a appelée pour parler du traitement, de ses douleurs, de toute la morphine qu’elle prend grâce au médecin de ville… Si la photo de ces 2 femmes vous fait mal, pensez aussi à tous ceux qui ont des traitements à domicile tous les jours et qui les handicapent plus que ça, l’aiguille peut faire moins mal qu’un cachet dans le cas de la chimio…

Originally posted on Health Innovations:

Je n’ose imaginer ce que certains malades doivent endurer.

Source: leplus.nouvelobs.com

Voir l'original

Me, Myself and my Family!

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 644 autres abonnés